Légendes à la veillée

C’était la coutume de se réunir entre voisins, les soirs d’hiver, autour de la cheminée pour partager les nouvelles et se raconter des histoires transmises oralement depuis des temps immémoriaux..

Les légendes

( du latin « legendus »: qui doit être lu, cueilli, entendu..)

À la différence des contes de fées, elles racontent les mystères qui entourent un lieu, un monument, un animal et possèdent multiples versions, nées de l’imagination ésotérique des hommes.

Et pour seul éclairage, les flammes dansantes de la cheminée dessinaient des fantômes sur les murs et ajoutaient à la magie de ces moments qui unissaient toutes les générations dans le merveilleux.

Elles sont légion en Bourgogne, comme dans toutes les régions de France, et il existe à quelques lieues de chez moi, un château fort étrange qui cache sa légende ainsi que de multiples secrets  en ses ruines majestueuses,

Le château-fort de Montfort

Au XIe siècle (vers 1075) un premier château aurait été édifié par Bernard de Montfort, un proche des ducs de Bourgogne dont le château le plus proche était à une dizaine de kilomètres, à Montbard.

Le premier secret serait celui de la création de l’Ordre des Templiers, les moines-soldats auquel ce seigneur aurait participé avec Bernard de Clairvaux, fondateur de nombreuses abbayes cisterciennes, dont Citeaux. Tous deux auraient envoyé les 9 premiers templiers à la recherche du Saint-Graal, enfoui sous le temple du roi Salomon, à Jérusalem.

Nul n’a jamais su s’ils l’ont trouvé..

Le second secret : ce château aurait également abrité le Saint-Suaire, pendant quelques centaines d’années :

Il serait entré en possession de cette relique grâce à Othon de la Roche, croisé bourguignon de la quatrième croisade, qui l’aurait prise pendant le sac de Constantinople en 1204. L’existence de cette relique reste secrète dans cette famille jusqu’au milieu du xive siècle. L’arrière-petite-fille d’Othon de la Roche, Jeanne de Vergy, épouse Geoffroi de Charny en 1340.

La légende de la Princesse Amélie

Elle était jeune et belle, très aimée de ses gens et fort pieuse;
malheureuse pourtant, car son époux était un seigneur brutal dont la seule passion était la chasse.

Un soir de Noël, elle l’avait supplié d’assister avec elle à la messe de minuit qu’elle célébrait dans la chapelle du château.Il avait accepté en grommelant.

Mais il était d’abord parti chasser et, à minuit , il commit l’effroyable sacrilège de pénétrer dans l’église sur son cheval chargé d’une biche qu’il avait tuée..

Peu de temps après, désespérée de cet époux impie et violent, la Princesse Amélie se jeta un soir de pleine lune du haut de la tour Sud Ouest du château, qui porte aujourd’hui son nom. 

Elle fût emmurée debout dans une niche au pied d’un des nombreux escaliers du château. 

Et souvent, aux soirs de pleine lune, cette princesse bourguignonne aimée de son peuple apparaîtrait aux amoureux, sous la forme d’une biche blanche, se promenant sur les murailles du château…

En 1786 on retrouva sa dépouille mais on garda le secret….🌝🌗

La princesse Amelie ( de son vrai nom Émilie Antwerpiana d’Orange-Nassau ) a réellement existé : née en 1581 , elle obtient en 1627 le château de Montfort après la succession difficile de son père. Elle entreprend sur plus de 14 mois, d’importants travaux de réhabilitation du château à l’état dit-elle « de ruine » à son arrivée… 

Son passage à Montfort a fortement marqué les esprits ! 

À bientôt ! 🌙🌜🌓….

Laisser un commentaire