La chauve-souris n’est pas un oiseau mais elle ne le sait pas et elle continue de voler et de pondre des oeufs. François CAVANNA.  

Je me nourris exclusivement d’insectes, je ne bois pas de sang : Ce n’est qu’un mythe. Et je suis votre amie, la pipistrelle qui mange jusqu’à 3 000 insectes chaque nuit d’été. Ne suis-je pas jolie ? 

Pourtant, depuis toujours, animal mystérieux, je frappe votre imagination et je suscite peur et répulsion… Vous me prêtez des pouvoirs maléfiques..Au Moyen-Âge, vous me surnommiez « suppôt de satan » et me clouiez aux portes des granges pour éloigner sorcières ou vampires !

Contes et légendes de chauves-souris 

Il y en a heureusement vraiment pour vous aider à m’aimer

Ma légende préférée, celle de mon origine

La nuit s’use à force de servir. Elle ne s’use point par le haut, dans ses étoiles. Elle s’use comme une robe qui traîne à terre, entre les cailloux et les arbres, jusqu’au fond des tunnels malsains et des caves humides.
Il n’est pas de coin où ne pénètre un pan de nuit. L’épine le crève, les froids le gercent, la boue le gâte. Et chaque matin, quand la nuit remonte, des loques s’en détachent, accrochées au hasard.

Ainsi naissent les chauves-souris.

Et elles doivent à cette origine ne pouvoir supporter l’éclat du jour.
Filles de la nuit, elles ne détestent que les lumières, et, du frôlement de leurs petits châles funèbres, elles cherchent des bougies à souffler.

Extrait des histoires naturelles de Jules Renard

Les Minyades : des chauve-souris dans la mythologie grecque – Minyades

La mythologie grecque n’est pas reste qui me prête des origines divines, moins sympathiques toutefois :

Les Minyades, filles du roi Minyas   d’Orchomène de Béotie, cité grecque située à l’embouchure d’une rivière dans laquelle finissait l’Hippocrène, lieu de prédilection des Muses, dans les écrits des poètes.
Elles étaient trois: Leucippé (Λευχίππη), Arsinoé (Άρσινόη) et Alcathoé (Άλχαθόη). Selon la légende, elles refusèrent de se rendre à des bacchanales et de s’adonner au culte de Dyonisos. Pour se venger le dieu les punit en les frappant de folie. elles démembrèrent Hippase, le jeune fils de Leucippé et furent alors  transformées en corbeau, chauve-souris et hibou. Ce crime sanglant et son expiation sont à la base de la fête béotienne des Agrionies, qui évoquaient le caractère cruel et féroce du dieu Dionysos.

Héroïne dans le Levant espagnol

Je figure dans le blason, dans les armes, sur l’étendard, sur les monuments, les médailles, les monnaies et beaucoup d’autres objets, comme les plaques d’égouts, notamment dans les provinces de Valence, d’Albacète, de Teruel et de Majorque.

En effet, Jacques Ier le Conquérant (1208-1276), roi d’Aragon, opposé aux Maures à Buirana près de Valence, vit entrer une chauve-souris « rat-penat » dans la tente royale où elle se mit à crier. Il est aussi rapporté qu’une sentinelle des troupes royales, réveillée par une chauve-souris, prévint toute la garnison et les Maures, alertés à leur tour, prirent la chose pour un mauvais présage, et après six siècles de présence partirent définitivement sans combat.
Le roi prit cela pour un bon augure et il estima que la chauve-souris méritait d’occuper une place d’honneur.
Après le départ des Maures, Jacques Ier mit la chauve-souris au plus haut de son étendard .

Il n’y a rien d’étonnant à ce que la chauve-souris ait joué un rôle important dans le déroulement de ces événements, surtout quand on sait que dans une partie du monde, cet animal est le symbole du bonheur, de la chance, de la longévité et de bien d’autres qualités, alors qu’ailleurs, c’est un signe de mauvais augure, de mort, de ténèbres et toutes autres calamités.

Mais qui suis-je vraiment ? 

Si vous voulez me découvrir vraiment et en finir avec vos craintes lorsque vous me voyez , consultez ces articles très intéressants 

la vie des chauves-souris

et autres mythes

😉 Ou encore , savoir pourquoi je dors la tête en bas .

Si vous lisez toutes ces belles légendes à vos enfants, ils apprendront à m’aimer et à me protéger.

Et La Fontaine lui-même m’a consacré une fable

À bientôt !🦇🦇

La Lune pleure aussi, mais le loup ne l’a jamais su. (Ron Israel)

Au fil des siècles, le loup a nourri bien des peurs et il a été bien souvent le sujet des contes et des fables.
Tout le monde connaît “Le Petit chaperon Rouge” de Charles Perrault mais connaît-on la fable “le Loup et le chien” d’Ésope, de Phédre, et enfin du très célèbre La Fontaine, dont la morale est identique:

 “quant à moi, je ne changerais pas ma liberté contre une couronne.”(Phèdre)

Mais chaque région française a également sa légende, semblable à celle de La bête du Gévaudan.
Au XVIllème siècle, un animal mystérieux terrorisa les habitants du sud du Massif Central et fit de nombreuses victimes. On l’appelait la bête du Gévaudan Il s’agissait probablement d’un loup de taille gigantesque.

Voici une autre étrange histoire de loups vécue par un voyageur dans la région des Cévennes, inspirée du roman d’Alexandre Dumas, le meneur de loups.
Un paysan fut appelé pour ses affaires à Montpellier. Il s’y rendit à pieds.
Il était encore à plusieurs kilomètres du village de Saint Martin de Londres où il devait faire étape quand la nuit tomba.

Pour arriver plus vite, il décida de couper à travers un bois de chênes, mais il s’égara. Soudain, il aperçut la lueur d’un grand feu. Il se dirigea vers la lumière et un spectacle hallucinant le cloua sur place :
dans une clairière, des loups étaient rassemblés, assis en rond autour d’un feu. À l’approche du paysan, les bêtes se dressèrent et se mirent à gronder.

Mais soudain, un sifflement retentit et les loups reprirent leur place, calmés. Le voyageur tourna les yeux vers le lieu d’où était venu le sifflement et découvrit un homme qui lui dit :
“N’aie pas peur, ils ne te toucheront pas. Repose-toi puis je te prêterai deux d’entre eux pour te protéger dans la traversée de la forêt.”
Un peu plus tard le paysan repartit vers St-Martin-de-Londres, encadré par deux loups superbes.
À la sortie du bois, il aperçut un mas.
Là, on donna à manger aux loups qui retournèrent ensuite dans la forêt. En bavardant avec les gens du mas, le voyageur apprit qui était l’homme mystérieux qui faisait obéir les bêtes.
C’était Jean, le meneur de loups.

Dans la région, on l’accusait d’avoir fait un pacte avec le Diable.

Proverbes et expressions sur le loup

  •   Avoir une faim de loup : une faim énorme, monstrueuse
  •   A pas de loup : se déplacer sans bruit.
  •   A la queue-le-leu : les loups se suivent de près, en file indienne, lorsqu’ils se déplacent
  •   Quand on parle du loup on en voit la queue : lorsqu’on parle d’une personne, souvent elle apparaît juste à ce moment-là comme si elle nous avait entendue.
  •   A trop crier au loup, on en voit le museau.
  •   Hurler avec les loups : critiquer avec la foule. En fait le loup hurle pour marquer son territoire ou regrouper la meute sur les traces d’une proie.
  •   Connu comme le loup blanc : se dit d’un individu qui ne passe pas inaperçu, qui est connu de tous, comme le serait un loup blanc, bien plus rare qu’un loup gris

À bientôt 🐺🐺

“La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.” François Mauriac

La lecture de romans et l’écriture à la main sont malheureusement en régression et c’est très triste.

Un simple conte vaut mieux que mille mots pour comprendre pourquoi …

Conte sur la lecture

 « J’ai lu beaucoup de livres, mais j’ai oublié la plupart d’entre eux. Mais alors quel est le but de la lecture ? »
C’était la question qu’un élève a posée une fois à son maître. Le Maître n’a pas répondu à ce moment-là.
Quelques jours après cependant, alors que lui et le jeune élève étaient assis près d’une rivière, il a dit qu’il avait soif et a demandé au garçon de lui prendre de l’eau en utilisant un vieux tamis tout sale qui trainait par terre.

 L’élève a grimacé car il savait que c’était une demande sans aucune logique. Cependant, il ne pouvait pas contredire son maître et, prenant le tamis, il a commencé à accomplir cette tâche absurde.
 Chaque fois qu’il trempait le tamis dans la rivière pour en remonter l’eau à apporter à son maître, il ne pouvait même pas faire un pas vers lui que, déjà dans le tamis, il n’en restait plus une goutte.

 Il a essayé et réessayé des dizaines de fois mais, même s’il essayait de courir plus vite de la rive jusqu’à son maître, l’eau continuait à passer au milieu de tous les trous du tamis et se perdait sur le trajet.

 Épuisé, il s’assit à côté du Maître et dit :
« Je ne peux pas attraper l’eau avec ce tamis. Pardonnez-moi Maître c’est impossible et j’ai échoué dans ma tâche »
 « Non – répondit le maître en souriant – tu n’as pas échoué. Regarde le tamis, il est comme neuf maintenant. L’eau filtrant de ses trous l’a nettoyé. Quand tu lis des livres – continua le vieux Maître – tu es comme le tamis et ils sont comme l’eau de la rivière. Peu importe si tu ne peux pas retenir dans ta mémoire toute l’eau qu’ils font couler en toi, car les livres cependant, avec leurs idées, les émotions, les sentiments, la connaissance, la vérité que tu trouveras dans les pages, nettoieront ton esprit et feront de toi une personne renouvelée. Voilà le but de la lecture. »

À bientôt ! 🖌️📕📰🦋