« Je suis en route, j’ai toujours été en route « 

« Et le bruit éternel des roues en folie dans les ornières du ciel »

C’était enfin mon tour ! 

J’allais réaliser le rêve de mon adolescence, passer plusieurs jours dans ce train mythique, à travers toute la Russie.
J’avais choisi la 2ème classe, plus vivante à mon avis mais plus spartiate également, je m’en doutais..
Mes hôtes de Moscou étaient adorables : la veille de mon départ, Anna m’avait accompagnée dans un magasin pour faire des courses, car il n’y aurait pas de wagon-restaurant et les voyageurs avaient l’habitude de partager leur nourriture.
« Tu vois, me dit-elle, aujourdhui, les magasins regorgent de produits.Mais nous n’avons pas d’argent .
Avant, nous étions plus riches, mais il n’y avait presque rien à acheter. »
Comme tous les russes,elle regrettait le communisme …

Son mari, lui, m’accompagna jusque dans le train et avertit mes futurs compagnons de voyage que j’étais une amie française et qu’il fallait prendre soin de moi..
Ce couple n’avait eux-mêmes jamais pris le Transsibérien et ils étaient tout aussi émus que moi !
Nous avions ensemble regardé le trajet de 10 jours jusqu’à Oulan-Oudé, puis jusqu’à Pékin, en Transmandchourien. 

« Le bruit des portes, des voix, des essieux grinçant sur les rails congelés »

Le train partait.
Dans chaque wagon, une surveillante qui m’avait confisqué mon passeport et qu’elle ne me rendit qu’une heure avant mon arrivée.
Un samovar et du thé à disposition des voyageurs.
6 couchettes, 5 russes qui m’observaient avec une curiosité perplexe, eux qui ne parlaient ni anglais ni français, moi qui ne comprenais pas le russe ??
Je sortis le mini-dictionnaire que j’avais acheté,un crayon et du papier et ,immédiatement, un large sourire éclaira les visages…
Leur prénom, le mien, nous pourrions discuter,
la glace était brisée 

Un voyage spatiate, mais..

Un voyage spatiate, mais..

Pas de douche pendant 5 jours, impossible pour moi.
Le lavabo des toilettes ? Difficile d’imaginer m’en servir alors qu’une cinquantaine de personnes les utilisaient plusieurs fois par jour…
Un billet de 5 dollars à la main, j’allai frapper à la cabine de la surveillante du wagon, et, par gestes, lui demandai comment se laver .
Elle me fit entrer dans sa cabine et m’ouvrit sa salle de bains privée.
Je pensais lui donner chaque jour 5 dollars mais, le lendemain, et les jours suivants, c’est elle qui vint me chercher pour ma douche. Cette modeste somme lui suffisait.

Dans 15 jours, pour d’autres anecdotes …🚃🚃🚃

Votez

Laisser un commentaire